Les figures de l’ombre est un excellent film. Il raconte les débuts de l’exploration spatiale par les Etats Unis, en concurrence avec la Russie mais il est abordé d’un point de vue fondamentalement différent de ce que nous avons déjà vu sur le sujet. En effet, c’est l’histoire de trois femmes, afro-américaine, qui ont participé au programme de la NASA.

Du coup, le film aborde trois concepts:

  • La discrimination des afro-américains dans les années 60, dans la vie courante mais aussi au travail ou à l’université.
  • La discrimination des femmes au travail, sujet qui est vraiment toujours d’actualité.
  • L’arrivée de l’informatique avec le premier serveur IBM à la NASA et ce que l’informatique peut entraîner pour les emplois de simples humains qui calculent moins vite que la machine. Problème aussi qui est toujours d’actualité car le remplacement des « travailleurs » par l’ordinateur n’est pas terminé.

Ces trois termes très sérieux sont abordés avec beaucoup d’humour. Et d’ailleurs le dernier est très intéressant car personnellement je connaissais très peu comment le travail des calculs était effectué avant que l’ordinateur existe….par des êtres humains finalement hautement qualifiés.

(Attention spoiler) Et dans ce film…la première geekette de l’histoire est mise en avant car l’une de ces femmes, Dorothy Vaughn, se met de sa propre initiative au … Fortran. Langage informatique qui a perduré: c’est celui que j’ai appris à la fac pour programmer en 1993… bon, je connaissais déjà le Basic donc c’était vraiment facile. Tout cela rappelle de bons souvenirs.

Les trois actrices jouant les personnages de ces trois femmes sont  vraiment bien dans leur rôle avec une mention particulière à Octavia Spender…qui joue si bien dans La couleur des sentiments . Très bon rôle aussi pour Kevin Costner.

C’est donc un film à ne pas rater. Une vision qui n’appartient pas qu’au passé car même si le monde va un peu mieux, ces problèmes existent encore aujourd’hui.

3 femmes qui ont changé l’histoire de la conquête spatiale