Réchauffement climatique : le niveau des océans monte

Suite au changement climatique, le niveau des mers et océans monte. Un phénomène cependant pas si simple à comprendre

L’eau et la glace, une histoire de volume

La Banquise
La banquise

Prenons ,par une belle journée d’été, pas trop chaude, un verre en terrasse. Par exemple, une petite grenadine. Lorsque le verre arrive, contenant ce bon sirop ainsi que de l’eau, des glaçons flottent tranquillement en surface. Comme il fait une température sympathique, ces glaçons vont fondre. A ce moment là, le verre ne déborde pas ( un principe décrit par Archimède mais sur lequel je ne donnerai pas les détail dans cet article).

Imaginons maintenant que le serveur revienne avec une planche en bois sur laquelle se trouve des glaçons et, afin de rafraîchir le verre, en pousse quelques uns dans la grenadine: là, le risque que cela déborde ou tout du moins que le volume d’eau dans le verre augmente est inévitable.

Ces deux principes se retrouvent dans les océans.

La banquise et les calottes polaires

La banquise est le premier cas : la glace flotte sur l’océan. Ainsi, si elle fond suite au réchauffement climatique, elle n’entraîne pas de montée des eaux.

Le Groenland
Le Groenland

Les calottes polaires se comportent différemment. Ces étendues de glace se trouvent sur les continents. Deux existent à l’heure actuelle sur notre belle planète : au Nord, le Groenland, au sud le continent Antarctique.

Ainsi ces glaces, retenues sur de la terre ferme, peuvent si elles fondent participer à la montée des eaux au niveau océanique.

Cela parait très simple mais ces deux types de comportement de la fonte des glaces me semblaient mériter d’être précisés afin d’empêcher toute confusion.

Cependant, quel est la part de ces phénomènes dans la montée des eaux ?

Contributions à la montée des eaux océaniques

L'Antarctique
L’Antarctique

Depuis environ 25 ans, les eaux montent d’un peu plus de 3 mm/ an en moyenne. Les phénomènes impliqués sont :

  • 40% la dilatation de l’océan : les eaux se réchauffent et occupent alors un volume plus grand;
  • 25% les glaciers de montagne qui fondent eux-aussi;
  • 20% la fonte des calottes polaires;
  • 15% la diminution des eaux stockées sur les continents (avec des facteurs tels que les barrages et les eaux souterraines).

Ces chiffres sont particulièrement intéressants car ils montrent bien que c’est un phénomène assez complexe et que ces différents facteurs sont liés entre eux pour créer ce changement potentiel des paysages côtiers, entre autre.

De combien les eaux vont-elles monter ?

Le chiffre de montée des eaux d’ici la fin su siècle si le réchauffement continue se situe entre 50 cm à 1 m voir 2 m. Mais, cette montée peut ne pas être uniforme dans son impact sur toute la planète selon les configurations des côtes (delta, îles, côtes avec peu de relief …).

Dans tous les cas, cette montée des niveaux des eaux maritimes peut entraîner des dégradations importantes sur toutes les zones côtières avec des impacts sur l’homme mais aussi sur les écosystèmes.

Quant à la fonte des glaces, glaciers continentaux, calottes polaires ou banquises, leurs impacts sur l’environnement sera aussi une véritable catastrophe en matière de biodiversité. Le réchauffement des eaux peut aussi avoir des conséquences graves pour le phytoplancton, un des poumons de notre planète.

Tous les chiffres de cet article, ainsi qu’une grande partie du texte, sont issus du livre Le Défi Climatique, Objectif 2°C! de Jean Jouzel et Anne Debroise, issu du 5ème rapport du GIEC de 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *