Le laboratoire du divertissement

Mes Univers: Cinéma, Séries, Livres, Science-Fiction, Informatique, Sciences, Environnement, Écrire

Catégorie : Science-Fiction

Star Wars – Les derniers Jedi – Blu Ray 3D

Star Wars-Les Derniers Jedi AfficheCe soir au programme Les Derniers Jedi. Juste la troisième fois que je vois le film, deux fois au cinéma, ce qui m’arrive très rarement et aujourd’hui en Blu Ray 3D.

Franchement c’est du très bon Star Wars. Le film démarre chronologiquement au même moment où se terminait Le Réveil de la Force. Le plaisir de retrouver Luke Skywalker … de manière très humoristique. Cette scène me fait sourire à chaque fois. J’étais très émue dans la dernière scène du précédent, retrouver un héros d’enfance c’est touchant et là, plouf, le scénario casse l’émotion, c’est très bien. Cela met du piment.

Les moments forts du film

Deux instants qui me marqueront longtemps, qui arrivent dans la deuxième partie du film

  • Les 30 secondes de silence…car dans l’espace personne ne vous entend crier, un instant fantastique. Il m’a surprise la première fois. Maintenant, je l’attends toujours avec impatience.
  • La bataille finale avec Luke. Elle prend plus d’ampleur quand nous la revoyons car chaque détail compte, a été mis en scène parfaitement vis à vis du contexte de la scène. Et le final est lui aussi particulièrement touchant.

Personnages et acteurs

Le jeu des acteurs est très bien même si parfois le visage vieilli de Luke, l’interprétation de Mark Hamill sont limite caricaturaux. Il a le regard « fou » , tellement tourmenté, dans les flash-back, alors que cela correspond à des moments de son histoire, après le Dernier Jedi, où Luke n’était pas un personnage mis à vif, au contraire, il avait gagné la tranquillité lors de la dernière scène du Retour du Jedi. Certes, sa solitude en tant que Jedi et l’échec en tant que maître lui ont fait perdre sa foi mais ce sont les scènes que j’apprécie le moins, pas assez de finesse dans le jeu de l’acteur.

Sa sœur Leia, jouée par Carrie Fischer a vieilli mais le jeu reste très bon. Toujours une petite pensée lorsque l’on regarde le film pour cette actrice qui a disparu juste avant la sortie du film. D’ailleurs, certaines scènes, celle dans l’espace, sont un bel hommage à son personnage même si elles ont certainement été tournées en image de synthèse.

Quant à Kylo Ren, joué par Adam Driver, j’ai toujours autant de mal à me faire à ce personnage. Le physique de l’acteur est tellement éloigné de Leia et Han Solo que rien ne nous donne l’intuition qu’il est leur fils. J’ai toujours trouvé cela dommage.  Snoke, le super méchant, n’est pas un personnage très réussi non plus, le côté obscur avec l’empereur mais surtout le sith Dark Maul était beaucoup plus puissant.

R2-D2 et C-3PO ne sont presque pas présents dans le film qui fait exception à la règle n’ayant pas vraiment de personnage humoristique si ce n’est le robot BB8, toujours aussi sympathique. Tradition du robot reprise ensuite dans Solo.

Voilà, je critique un peu fort les acteurs, mais quand je regarde Star Wars, l’impartialité n’est pas toujours présente. Derrière cela, il y a le scénario qui est très bon, faire avancer l’histoire de cette saga fantastique dans un sens qui est une grande réussite. Le temps passe si vite en le regardant, même durant cette 3ème séance.

La réalisation

Le réalisateur Rian Johnson n’est pas très connu. Dans sa filmographie, Looper, un bon film de SF sur le voyage temporel, que j’avais bien aimé. Il est prévu pour une prochaine trilogie… titre inconnu et date de sortie inconnue sur Allociné…à suivre.

La 3D au cinéma était très belle, elle est aussi en Blu Ray, belle profondeur de champ que l’on oublie souvent, happé par l’histoire.

Les batailles dans l’espace sont splendides ainsi que ce qui se déroule sur les deux planètes visitées.

La musique est très bien, quelques scènes avec les thèmes classiques, impossible d’y échapper, mais toujours un plaisir .

Et la suite ?

Les dernier instants du film, la dernière image est une promesse pour l’avenir de Star Wars. Les deux films Le Réveil de la Force et Les derniers Jedi sont une parfaite transition entre la deuxième trilogie chronologique et la suite des histoires de la galaxie.

Je connais pas mal d’amis ou j’ai lu des critiques qui pensent que la franchise est trop exploitée, qu’il faudrait reprendre le rythme presque de 20 ans entre chaque trilogie. De mon point de vue, tant que les films restent de très bonnes qualités, je suis vraiment prête à en voir un par an. Mais bien sûr, il va falloir que les scénaristes et réalisateurs restent très vigilants pour que ces nouveaux chapitres soient à la hauteur de cet univers. Si un jour les fans de tout age finissent par être déçus et lui tournent le dos définitivement, cela serait vraiment dommage.

L’épisode IX est prévu pour fin 2019, réalisé par… J.J. Abrams, rien que ça!

Star Wars-Les Derniers Jedi-Planète Salée

J’aime beaucoup cette image, une bataille dans un champ de sel, très bonne idée des scénaristes

Solo: a Star Wars Story – La jeunesse de Han

Comme je sors du cinéma, une rapide critique en essayant de faire le moins de spoiler possible 😃

Affiche de Solo: a Star Wars StoryLa jeunesse de Han Solo, très bon sujet pour un film. Découverte totale au cinéma, je savais que j’allais le voir donc je n’ai quasiment rien lu ni regardé à l’avance.

Le film raconte les jeunes années d’un des héros fétiche de l’univers Star Wars et je trouve que c’est le premier véritable spin-off. Dans ce film, il n’y a pas comme dans Rogue One, le conflit empire-rebelles mis au premier plan. C’est vraiment une histoire toute à fait parallèle, vue d’un autre point de vue…celui du peuple au final, avant qu’ils ne soient des héros. Ils sont cependant un peu particuliers vu que ce sont les contrebandiers. Mais il n’y a pas de princesse ni de militaires.

Alors, comme il fallait une introduction à cette nouvelle façon de raconter l’histoire, j’avoue avoir eu vraiment du mal à me plonger dans ce nouvel angle la première demi-heure et puis tout à coup, les différents éléments de l’univers s’imbriquent, et là, l’action prend le dessus et c’est parti pour une heure trente que je n’ai pas vu passer.

Les messages classiques de Star Wars sont là cependant. Esclavagisme en particulier mais avec une approche très très humoristique. Belle manière de traiter un sujet si sombre. D’ailleurs, comme dans Star Wars, il y a souvent un personnage plus d’humour, là c’est vraiment bien réussi. Et puis l’image du cow-boy, oui, Han Solo est celui du futur, nous le savions déjà mais là c’est joliment mis en avant.

Coté acteurs, Alden Ehrenreich avait un sacré challenge car jouer le rôle de Harrison Ford, ce n’est pas facile mais il s’en sort bien. Et puis, Woody Harrelson qui m’a tellement marqué dans True Detective joue très bien et sympathique aussi de retrouver Paul Bettany, un de nos Avengers.

Coté réalisation, j’ai vraiment été étonnée de voir Ron Howard au générique, mais qui a marqué avec des films tels que Willow (crotte de Troll…passé moi l’expression 🤣🤣 avec l’acteur Warwick Davis que nous retrouvons),  Cocoon, mais en regardant sa filmographie, il a été acteur dans…American Graffiti donc j’imagine que Georges Lucas et lui sont des amis de longue date.

Coté 3D, belle profondeur mais peu d’effets, mais je n’étais pas dans une très bonne salle, je verrai avec le Blu Ray 3D (s’il sort??) et d’ailleurs, je referai une article plus long mais…avec plus de spoilers, il va bien falloir que j’explique plus en détail ce qui m’a plu!

Un très bon point pour la bande originale. Les thèmes musicaux classiques de Star Wars reviennent tout au long du film, au bon moment, soulignant certains passages, et ils sont toujours aussi beaux.

Conclusion: un très bon film et si vous ne l’avez pas encore vu…allez-y. Il s’inscrit très bien dans la légende.

Très beau dessin de Han Solo

J’ai trouvé ce morceau d’affiche sur internet que je trouve vraiment très très beau…et comme j’adore jouer au poker… mais à cette table, je suis sûre de perdre.

 

Ready Player One: un chef d’oeuvre…mais pas que pour les geeks

Ready Player One est un film…fantastique, génial, brillant, émouvant, passionnant…..je pourrais en mettre des termes sans m’arrêter…

Ce film, bien évidemment, fait appel à la culture geek. Il suffit de regarder l’affiche,  bourrée de références, pour en avoir un petit aperçu. Cette culture, c’est l’univers du jeu vidéo, que j’ai survolée, et l’univers du cinéma que je connais mieux. Mais aussi, beaucoup de musique, rien que celle du générique est une de mes préférées.

Mais ce film se base sur des références pour mettre en place une vraie réflexion entre univers virtuel et univers réel. Jusqu’où cela peut aller pour une civilisation?

Et puis, un peu de romantisme et beaucoup d’humour.

Mes références préférées dans le film ont bien entendu été celles au cinéma, allant du film pour enfant au film d’horreur (Stephen King a dû adoré, j’espère). Mais même côté jeux vidéo, j’ai pu en suivre quelques unes. Mais, au delà de toutes ses références, je pense que même une personne qui aime le cinéma, et pas particulièrement le cinéma de science-fiction, peut aimer ce film car l’histoire est passionnante. Elle n’aimera pas autant le film peut-être mais passera un très bon moment. Il n’y a pas que les fans de science-fiction qui aiment E. T. !

Aux manettes, Steven Spielberg.

Indiana Jones, 1981. E. T.,1982. La Couleur pourpre,1985. 1er génération marquée à jamais par le cinéma.

Il faut sauver le soldat Ryan, 1998. Minority Report, 2002. La guerre des mondes, 2005. 2 ème génération.

Ready Player One, 2018. 3ème génération.

Et je ne parle pas des films avant, au milieu, et de ceux en préparation.

Spielberg est à mes yeux un des plus grand réalisateur car non seulement il a marque plusieurs générations mais il a traité d’une multitude de sujets: film d’horreur, film de science-fiction, film d’aventure, film dénonçant le racisme, film de guerre, film pour les enfants.

Spielberg s’essaye à tout, s’intéresse à tout et réussit tout. Car, je regarde la liste de ses films: il y en a certains que je n’ai pas adoré, mais ce sont tous des bons films.

Monsieur Spielberg, si j’avais un jour l’honneur de vous croiser, je ne saurai même pas trouver les termes à employer pour vous remercier de toutes ces heures fantastiques que j’ai eu en regardant vos films !

Real Player One va potentiellement  monter dans mon top 10 de mes films préférés de tous les temps. J’attends toujours de revoir un film pour l’y mettre. Aimer, détester, s’ennuyer devant un film dépend parfois de l’humeur dans laquelle je suis en le regardant et aujourd’hui, j’avais plus qu’envie de m’évader grâce au cinéma.

Mince, j’ai déjà la Couleur pourpre dans le top 10… c’est peut-être pour cela que l’actrice Lena Waithe m’a immédiatement fait penser à Whoopi Goldberg.

Juste un bémol sur la 3D, profondeur mais sans plus. Je n’étais pas dans une salle idéale, ou trop prise par l’histoire? A voir dans la version Blu Ray.

Il me reste aussi à lire le livre de Player One de Ernest Cline, qui a un nombre de fans impressionnant.

Comment faire un final en mélangeant la bataille des cinq armées et Harry Potter?

The Cloverfield Paradox – Entre cinéma et télévision

Avant d’émettre toute opinion concernant ce… film ? téléfilm ? parlons un peu de cette ambiguïté qui fait que j’ai mis cet article dans la catégorie Cinéma alors que ce n’est pas sorti au cinéma mais juste à la télévision sur la plateforme Netflix… n’est-ce pas un peu ambiguë de faire cela ? Je dois vraiment créer une catégorie Téléfilm?

Je ne l’ai pas créée car je ne regarde (ou regardais ?) jamais de téléfilms qu’ils soient français ou étrangers. Les téléfilms sont en général et surtout pour les américains d’une qualité d’image, de scénario, de réalisation tellement médiocre que c’est une perte de temps.

J’avoue, je me fais parfois avoir comme avec les derniers personnages de Nicolas Cage ou Bruce Willis dans des téléfilms que j’ai regardés et que j’ai voulu oublier le  plus vite possible tellement c’est nul. N’ayons pas peur des mots.

Mais, depuis un moment, une forme d’évolution, de fusion apparaît dans notre univers audiovisuel. Cela a commencé par les séries. Plus ça va, meilleures elles sont, pour certaines d’entre elles.

True Detective n’est-elle pas identique à un film de 10 heures ? Avec de vrais acteurs de cinéma. Sense8 réalisé par les frères (pardons les soeurs) Wachowski, réalisateurs de Matrix ? Star Trek Discovery n’a t’elle pas des images splendides, un très bon scénario, de très bons acteurs… je m’arrête là, car si je commence sur les séries, j’en ai pour un moment.

Donc oui, les séries se lancent dans le cinéma et les acteurs/réalisateurs d’Hollywood s’y mettent à fond.

Du coup, aujourd’hui, les téléfilms commencent eux aussi à se pencher côté cinéma  et The Cloverfield Paradox en est un exemple.

Mais c’est juste un commencement car ce « film » n’est quand même pas très réussi. Il se base sur un scénario de science-fiction sympathique, un peu Hard-Science mais il y a quand même certaines choses franchement ratées. Je ne veux pas spoiler mais la scène du bras coupé et sa suite, c’est ridicule, voir à mourir de rire. Le film essaye d’être la préquelle de Cloverfield, un très bon film, mais bon, la fin a été piquée au film Life, qui l’a piqué à Alien 4.

L’image et les effets spéciaux ne sont pas mal du tout. Les acteurs bien donc c’est vraiment un manque de vraisemblance dans le scénario qui gâche l’aventure.

Moralité de l’histoire, c’est un téléfilm car il ne sortira jamais en salle, pas de distribution, mais je pense que si on se penche côté audience, ça va se rapprocher d’un petit film de Science-Fiction et les personnes qui aiment ce style vont s’en rappeler pendant un moment.

Alors l’évolution du téléfilm vers le film est à surveiller… d’ailleurs au dernier festival de Cannes, on en a beaucoup parlé. Netflix participe à ce changement, c’est sûr mais je ne pense pas que cela signera la fin des salles obscures. Il y a toujours du public aujourd’hui qui sort de chez lui pour se rendre au cinéma alors que par la VOD, par Canal+, par d’autres moyens moins classiques, les fans de films ont un énorme catalogue à disposition à la maison.

Je n’ai pas parlé du sujet mais il touche les paradox spatio-temporels traités dans de nombreux films et séries… Vous vous rappelez des images ci-dessous ? C’est une série mais c’était quand même déjà bien réussi.

Le lézard et la pièce fusionnée de X-Files… ça c’est du monde parallèle… la vérité n’est toujours pas vraiment là – X-Files, Saison 6 Episode 4, Zone 51 (1/2)  

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén