Le laboratoire du divertissement

Mes Univers: Cinéma, Séries, Livres, Science-Fiction, Informatique, Sciences, Environnement, Écrire

Mois : août 2018

Sire Cédric – Du feu de l’enfer – Un très bon thriller

Hadès et Cerbère

Hadès, le maître des enfers, avec Cerbère à son pied, statue crétoise

Du feu de l’enfer est franchement presque une référence pour ceux qui aiment les thrillers palpitants, limite gores.

J’ai dit dans quelques articles que j’arrête de lire ce type de livre. Mais non seulement il en reste dans ma PAL, dont j’ai fait l’acquisition, mais aussi il y a des écrivains dont je lis toutes les parutions. Ce qui est le cas de Sire Cédric. A part ses premières nouvelles, j’ai lu l’intégral et c’est un auteur attachant car il a réussi à émerger de toute cette multitude de livres dans ce genre que nous trouvons chez notre libraire préféré.

Quel est ce qui démarque cet ouvrage des autres? Une écriture rapide, directe, des phrases courtes, riches et percutantes. Pas de longues descriptions, où nous finissons par nous ennuyer. Là, il y a de l’action, et trouver un livre aussi rapide et pourtant long, plein de rebondissements, c’est assez rare.

Petite déception de mon coté cependant car, après de nombreuses lectures du genre, le scénario en lui-même, même s’il a de l’originalité, j’ai l’impression de l’avoir déjà lu. De même pour les rebondissements, peu de surprise. Pourtant, comme l’écriture est rapide, j’ai accéléré vers la fin, j’avais envie de voir comment cela se terminerait.

Aussi, et je me répète dans mes articles, le personnage central est très bien mais il lui manque ce petit truc qui fait que nous tombons amoureux de lui. Et pourtant, les deux personnages centraux des précédents romans de Sire Cédric , Eva et Alexandre, m’ont fait rêver.

Est-ce moi qui est un passage à vide pour les personnages? Possible. Est-ce moi qui recherche quelque chose de plus, un sens à ce que je lis, plus engagé? Oui, certainement, je n’ai pas repris les lectures de science-fiction pour rien. Pourtant, le livre ne manque pas d’une sorte de vision politique, mais c’est plus une toile de fond qu’un message, tout du moins je l’espère, autrement nous sommes vraiment mal partis 😳. La vision des médias dans l’épilogue est à mon sens extrêmement percutante.

Ici, pas de fantastique. Pas de mondes imaginaires. Je trouve cela intéressant que l’auteur ait voulu s’en détacher, trouver de nouveaux lecteurs qui préfèrent ce genre. J’espère que ce n’est pas définitif. Pour deux raisons: un lecteur assidu de Stephen King a besoin de ses dix pages de fantastique sur cinq cent voir d’une seule. Et puis j’aimerais bien lire la suite des aventures de notre couple de policiers…car sans fantastique, pas de suite.

Conclusion: fans de thriller, c’est juste parfait, précipitez-vous sur ce livre, ce sera un très bon moment de lecture, de suspense. Si vous n’aimez pas le sang, passez votre chemin.

Sire Cédric-Du Feu de l'Enfer

 

Cycle de l’oxygène sur la planète: pas facile de bien le comprendre

Je suis plongée actuellement dans Le Guide Illustré de l’Écologie,  de Marie-France Dupuis-Tate (biologiste) et  Bernard Fischesser (ingénieur agronome).

Ce livre est très intéressant. Il est rédigé avec un mélange de textes et de schémas, pas toujours si évident car le vocabulaire scientifique de l’écologie est très riche et les principes exposés complexes.

Tout d’abord deux définitions:

  • Photosynthèse:  processus par lequel les plantes vertes synthétisent du glucose (C6H12O6), grâce à l’énergie lumineuse, en absorbant le gaz carbonique de l’air (CO2), en utilisant de l’eau (H2O) et en rejetant l’oxygène (O2).
  • Respiration: fonction biologique qui permet l’absorption de l’oxygène, l’utilisation des molécules de glucose et rejette du gaz carbonique et des molécules d’eau: ce processus libère de l’énergie essentielle à l’entretien de la vie. Les organismes vivants, qu’ils soient végétaux ou animaux, respirent.

Aujourd’hui, j’étais plongée dans ce livre dans la partie traitant du cycle de l’oxygène sur la planète. Voilà ce qui est exposé:

  • L’oxygène représente 21% de l’atmosphère de la planète;
  • Les terres émergés occupent le 1/4 de la planète et produisent 3/4 de l’oxygène par photosynthèse;
  • Les océans occupent 3/4 de la planète et produisent 1/4 de l’oxygène par photosynthèse via les organismes appelés phytoplancton;
  • L’efficacité de la photosynthèse sur les terres émergées: l’oxygène produit est excédentaire par rapport à celui utilisé pour la respiration des animaux, des végétaux et du sol (50% de l’oxygène seulement est consommé).

Cela correspond à ce que j’ai appris à l’école … et peut-être même à l’université (il faudrait que je retrouve mes cours 🤓)

Cependant, j’ai déjà fait quelques recherches internet là-dessus et ce que nous trouvons est que ce sont les océans qui sont le principal fournisseur d’oxygène pour notre atmosphère…

Petite explication :

  • Une forêt jeune produit effectivement de l’oxygène, bilan positif;
  • Une forêt « à maturité » consomme autant d’oxygène qu’elle en produit, car effectivement il y a décomposition de nombreux éléments, feuilles, épines, bois, dans le sol ce qui consomme de l’oxygène;
  • Le phytoplancton (algue minuscule) dans les océans produit de l’oxygène et serait donc le « poumon de la planète ».

Quelques articles sur ce sujet : L’internaute, le poumon de la Terre, Natura-Sciences, D’où provient l’oxygène ?, Ocean & Climate platform, L’océan origine de la vie

Ce ne sont que trois petits articles mais si vous recherchez sur le net il y a en beaucoup. A noter que parler de « poumon » ne me plait pas trop. Les poumons sont la machine qui nous sert à respirer: absorption d’oxygène et rejet de gaz carbonique, ce qui est l’inverse du processus où il y a production d’oxygène par la photosynthèse.

Donc, remise en doute du livre que je lis en ce moment, édition de 2017. Il n’est pas facile de déterminer si internet est plus fiable qu’un livre, étant donné que parfois, l’information que nous y obtenons est erronée et n’a pas de valeur scientifique. Je rêve de contacter les auteurs pour discuter de cela avec eux mais je ne les ai pas trouvé pour l’instant sur les réseaux sociaux. A suivre.

Cependant, dans ce livre, il y a une explication très importante: dans l’eau, la teneur en oxygène diminue lorsque la température augmente (phénomène purement chimique).

Donc, j’extrapole, si avec le réchauffement climatique la température des océans augmente, la teneur des eaux océaniques en oxygène va diminuer. Ainsi le phytoplancton peut avoir du mal à respirer, et sa population diminuer. Du coup, si ce sont les principaux organismes qui renouvellent l’oxygène, cela ne peut-il pas entraîner un changement, une baisse, dans la teneur en oxygène de notre atmosphère? Et du coup, comment allons-nous respirer ?

Dans les ères géologiques, il y a déjà eu de très grandes variations de ce pourcentage de l’oxygène dans l’atmosphère, donc ce n’est pas, comme nous avons tendance à le penser, quelque chose de stable et d’immuable. Un petit article intéressant là-dessus dans Science Étonnante, D’où vient l’oxygène.

Il est donc possible que les espèces s’adaptent, disparaissent, apparaissent si la teneur en oxygène de l’atmosphère varie. Cependant deux problèmes. Premièrement, l’espèce humaine risque d’avoir beaucoup de mal à s’adapter. Deuxièmement, comme le changement climatique n’a rien de naturel, il semble évoluer à une échelle de temps qui n’est pas conforme à celles qui sont naturelles. Le changement ne se comptera pas en millions d’années, en milliers d’années mais en décennies. Ce type de changement rapide est déjà arrivé sur notre belle planète (exemple irruptions volcaniques majeures) mais entraîne en général une période d’extinction, où la majorité des espèces disparaissent avant qu’une nouvelle ère n’arrive.

A méditer, d’autant plus que ce type de cycle, lorsque nous le regardons, a un coté assez incroyable par lui-même. Comment la planète fait-elle en fin de compte pour avoir des périodes de son existence où règne cette stabilité que nous connaissons sans être complètement chaotique?

phytoplancton

Une image d’une espèce de phytoplancton, un organisme un peu étrange, auquel nous sommes peu habitué, sauf quand nous prenons un bain de mer … il est microscopique

 

Mr. Robot – Saison 2

Mr. Robot Elliot

Sur cette affiche, Elliot a bonne mine, cela ne va pas durer

Article difficile à écrire.  J’aime ou je n’aime pas Mr. Robot? Pas facile à dire car par certains cotés, je trouve qu’elle est originale, qu’elle prête à réflexion, mais cependant, je ne suis pas complètement fan, elle n’est pas dans le top de mes séries préférées et pourtant, j’ai regardé la saison 2 et je continuerai.

Étrange. Mais ce terme correspond si bien à cette série. Elle s’adresse effectivement à un public geek, bourrée de référence à des technologies informatiques. C’est aussi un thème d’anticipation, se situant dans un avenir très proche. Mais Elliot, le personnage principal, est tellement atteint psychologiquement, psychiatriquement, que son parcours dans le labyrinthe du réel en devient passionnant, dérangeant. La saison 2 est de ce point de vue extrêmement surprenante d’ailleurs vers le milieu.

Coté scénario, quand Elliot arrive à retomber les pieds sur terre, c’est particulièrement marquant. Le rôle de l’informatique dans notre société, des nouvelles technologies, des multinationales, jusqu’où cela ira t’il ? Source d’inspiration d’ailleurs pour la prochaine nouvelle que je vais publier sur le site.

Pourtant, et c’est cela qui fait que j’ai un peu de mal à accrocher, Elliot laisse finalement assez indifférent. Il est tellement torturé de façon presque incompréhensible, que s’attacher à lui est difficile. Juste l’envie parfois de lui dire de se soigner mais, tout d’un coup, il sort une tirade incroyable, à laquelle il est difficile de ne pas adhérer. Belle ambiguïté. Peut-être, l’étrangeté de la situation étant très répétitive, le scénario avançant lentement, nous finissons par nous lasser, d’où certainement des saisons avec peu d’épisodes.

La réalisation est aussi extrêmement particulière. J’ai vu la saison 1 il y a un moment, je ne m’en rappelle pas tellement mais dans cette saison 2, l’angle du cadrage joue un rôle principal. L’acteur ou les acteurs sont filmés dans un angle, représentant une petite portion de l’image et le décor, souvent très recherché, occupe la majeure partie de l’écran. Impressionnant car cela persiste dans tous les épisodes. Elliot a du mal avec la réalité, peut-être à travers ce montage nous voyons comme il l’a perçoit, décalage entre le monde réel et le monde imaginaire qui finit par dominer l’attention.

J’ai cherché si le réalisateur Sam Esmail est un pseudonyme … pas trouvé d’informations sur Google mais bon, quand vous réalisez Mr. Robot, s’appeler Sam « Es » Mail, c’est pratique. Une personne à suivre car bientôt va sortir une nouvelle série qu’il réalise, Homecoming, avec Julia Roberts. Toujours passionnant quand les acteurs connus se mettent aux séries.

D’ailleurs, dans Mr. Robot, Christian Slater, acteur de cinéma joue très bien son rôle, avec, parfois, une nouvelle façon de le présenter dans cette saison innovante, un montage spécial mais dont je ne veux pas parler ici, les spoilers étant interdits.

Rami Malek toujours aussi bon dans le rôle principal. Il arrive à avoir un regard fascinant. Superbe prestation d’acteur, et je l’attends avec hâte dans Bohemian Rhapsody. Ne serait-ce que regarder la bande annonce me donne la chair de poule, on ne se refait pas quand on est fan de Queen.

Donc, même si je suis en retard dans les saisons de Mr. Robot, une pause avant d’attaquer la saison 3. Sam Esmail me fera t’il finalement aimer Elliot?

Mr. Robot - Cadrage

Cadrage typique de la série, Elliot occupe seulement 1/4 de l’écran, ici sur la droite, derrière il se passe quelque chose mais le décor est prépondérant.

 

Christopher Nolan – Le chef d’orchestre aux manettes

Christopher Nolan

Franchement pour un réalisateur, je trouve qu’il ressemble plus à un acteur

Un grand article sur Christopher Nolan avec une sélection de ses films. Un réalisateur très marquant ces dernières années. Voici donc une occasion de voir, revoir quelques uns de ses films. Pour certains, comme je les ai déjà vu à de nombreuses reprises, certainement cette fois-ci ce sera en V.O.

Dans la liste ci-dessous, Inception est peut-être ce qu’il a réalisé de plus connu mais Interstellar, Dunkerque sont incontournables et bien sûr la trilogie Batman. Que de sujets différents abordés par cet artiste. D’ailleurs, c’est très intéressant de voir plusieurs de ses réalisations dans un temps plus court que leur sortie au cinéma pour trouver les points communs. En introduction, je parlerai de la musique qui est prépondérante dans ses œuvres, un véritable chef d’orchestre avec des films aussi frappants dans certaines scènes que des opéras, mais sans les cœurs. Mais qu’en est-il de l’image? A suivre donc … dans la conclusion d’ici un petit moment.

Following, le suiveur

Année: 1998 – Je l’ai vu il y a déjà un moment. Je me rappelle ne pas l’avoir tellement apprécié, si ce n’est la fin mais j’en garde très peu de souvenirs. Je le laisse donc de coté, le temps passe trop vite et il y a trop de films à visionner pour revoir celui-ci 😉

Memento

Année: 2000 – Film que j’ai déjà vu à plusieurs reprises, très original et avec un rythme assez incroyable. Franchement, je le recommande toujours pour ceux qui ne l’ont pas vu. Comme je le connais très bien, pas à revoir dans le cadre de cet article.

Insomnia

Année: 2002 – Film que j’ai vu il y a longtemps, pas tellement apprécié car je ne suis pas fan de Al Pacino, mais je vais le regarder à nouveau pour me refaire une opinion…

Batman Begins, The Dark Knight,  The Dark Knight Rives

Année: 2005, 2008, 2012 – Je n’ai pas revu cette trilogie depuis un bon moment. Bonne occasion de s’y replonger avec certainement un article dans la catégorie super-héros.

Le prestige

David Bowie - Le PrestigeAnnée: 2006 – Un film que je connais par cœur pour l’avoir vu à de nombreuses reprises.

Hugh Jackman y est une fois de plus inoubliable et n’oublions pas aussi David Bowie qui joue dans ce film, un rôle assez court mais c’est toujours un plaisir de le voir à l’écran. Si vous n’avez pas vu ce film, n’hésitez pas mais avant ne lisez rien, car tout spoiler le gâcherait vraiment.

 Inception

Inception - Affiche

Très belle affiche, trouvée sur le site de l’Ecole Pivaut

Année:2010 – Inception est un  des films les plus marquants de la décennie. Scénario basé sur une idée très originale et dont la réalisation est prestigieuse. De très belles images, novatrices et qui marquent pour longtemps. Je l’ai vu à de nombreuses reprises et ne m’en lasse pas.

La prestation des acteurs, en particulier Leonardo DiCaprio, est excellente et la musique, pas si présente, est cependant une des clefs du film avec la chanson d’Edith Piaf.

Les ralentis sont extrêmement bien réalisés et, dans ce scénario, ils ont un véritable sens par rapport à l’histoire.

En le regardant aujourd’hui, j’en viens à me demander si je n’aurais pas été influencée lorsque j’ai écrit ma nouvelle La Zone Haute Quantique. Même si elle se base sur la relativité, derrière, le principe de perception du temps rejoint celui mis en scène dans les rêves.

Interstellar

Année: 2014 – Un de mes films de science-fiction préféré, que je vais revoir avec beaucoup de plaisir. Le seul capable de vous faire comprendre la théorie de la relativité

Dunkerque

Dunkerque de Christopher NolanAnnée 2017 – Le film qui m’a fait initialiser cet article. Ce film est très dur, ce qui est normal vu le sujet. Il est passionnant car il raconte un épisode de la seconde guerre mondiale dont, à ma connaissance, aucun film n’a parlé à ce jour à l’exception de film Reviens-moi mais dont il n’est pas le sujet central. A noter qu’un film sur Winston Churchill, les Heures Sombres, est sorti en Janvier 2018, à voir donc. L’action se situe en 1940 et raconte l’évacuation des troupes alliées des plages de Dunkerque (voir l’article sur Wikipedia très intéressant).

La réalisation de Dunkerque est surprenante pour ce type de film historique. Il est réalisé exactement, en terme de scénario, de montage, de musique, comme un film d’horreur. La bande son en particulier qui rend les scènes difficiles à supporter.  Les acteurs dont nous connaissons certains tels que Tom Hardy, Kenneth Branagh jouent très bien leur rôle. Peut-être que le plus étonnant dans ce film est qu’il n’y a quasiment pas de sang, tout est dans la mise en scène pour nous faire comprendre ce que ces soldats ont enduré. Film qui, une fois de plus, montre la folie guerrière des hommes et nous permet en 2017, soit 77 ans après cette bataille, de voir jusqu’où elle peut mener.

 

Mission Impossible – Fallout – Cours Ethan, cours

Mission Impossible - FalloutCela fait de nombreuses années que nous suivons les aventures de Ethan Hunt, depuis 1996, soit plus de vingt ans. Et c’est toujours un grand plaisir de le retrouver.

Je l’avoue, Tom Cruise est un acteur que j’ai toujours beaucoup apprécié, très habitué à la science-fiction et de grands films dont mon préféré reste La Guerre de Monde.

Mais aujourd’hui, il a quand même 56 ans et commence, après l’abandon des liftings, à les porter. Il était temps de changer un petit peu le registre classique de Mission Impossible. Ce qui est fait avec succès. Ethan n’invente pas cette fois-ci son plan habituel avec une cascade incroyable jamais réalisée… elle lui tombe dessus. Et franchement, côté action le film décoiffe bien et nous promène en particulier dans Paris, un tout petit peu dans Londres et surtout dans les splendides montagnes du Kashmir, en Inde.

Notre héros, comme d’habitude, a quelques problèmes avec la hiérarchie, qui finalement ne le laissera jamais en paix. Son personnage est toujours aussi attachant, une grande intégrité et il part sauver la planète.

En regardant le film je pensais à … James Bond. Car ce n’est pas sans ressemblance. Deux grands personnages classiques des films d’espionnage. Bond, nous l’avons connu très jeune et à son apogée avec Sean Connery. Le dernier, Spectre, était quand même décevant, un nouveau prévu l’an prochain… alors arrivera t’il à retrouver cette constance de qualité cinématographique que nous avons avec Mission : Impossible?

Le cinéaste de Fallout, Christopher McQuarrie est un habitué de Tom Cruise, Rogue Nation et Jack Reacher, en tant que réalisateur.  Il a aussi été producteur de plusieurs de ses films dont Walkyrie, très réussi. Donc un couple qui fonctionne vraiment bien.

Côté acteur, Simon Pegg et Vong Rhames, toujours les inséparables partenaires et un petit nouveau Henry Cavill, notre superman international, qu’il est intéressant de retrouver dans un nouveau type de prestation. La moustache … ne lui va pas trop mal !

Côté réalisation, effectivement comme tout le monde le dit sur la toile, la ballade dans Paris est sympa. Ça m’a donné envie d’aller y refaire un petit tour. La 3D est très bien, surtout dans les montagnes. La musique… pas eu le temps d’y faire attention, à part au thème habituel.

Aller, je spoile mais c’est dans les 2 premières minutes. Ethan à l’air du numérique reçoit sa mission sur une vieille bande à l’ancienne, j’adore ! Les clins d’œil dans les films sont toujours les bienvenus.

Donc pour ceux qui aiment l’espionnage, qui aiment Mission Impossible, qui aiment le cinéma, et qui en apprécient la climatisation en pleine période de canicule… foncez 😊

Mission Impossible-Fallout-Course en moto dans Paris

La scène de poursuite en moto dans Paris est assez géniale, surtout autour du rond-point de l’Arc de Triomphe

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén