American Elsewhere: une bonne dose de fantastique

American Elsewhere de Robert Jackson Bennett
Un voyage vers Ailleurs

Nouvelle collection Albin Michel Imaginaire, nouveaux auteurs, nouveaux livres dont American Elsewhere est un des premiers. Quand j’ai vu, enfin, cet éditeur se lancer dans les mondes imaginaires, j’étais vraiment extrêmement contente. C’est compliqué aujourd’hui de trouver de bons livres de science-fiction, de fantastique.
D’accord, j’écris cela avec près de deux ans de retard mais la hauteur de ma PAL (Pile A Lire) a demandé un petit moment pour que mon escabeau me permette d’atteindre un certain seuil.

Comme je n’aime pas parler des histoires que contiennent les livres, pas de résumé, juste quelques impressions. Robert Jackson Bennett dans près de 800 pages nous transporte dans un univers bien particulier. Fantastique mais avec cependant une petite touche de science, un peu de physique quantique pour saupoudrer cette histoire. Centré sur un personnage, Mona, attachant, dont il retrace le périple dans une petite ville qui se révélera bien plus vaste qu’au premier regard.

American Elsewhere, un très bon livre

Le début du livre m’a fait littéralement dévorer les pages. Plusieurs personnages originaux, un décor tout nouveau, une histoire pleine d’énigmes, de questionnements que nous suivons avec Mona.
Vers les deux tiers, j’ai ressenti un peu de lassitude. C’est classique, les gros pavés, même bien écrits, ont du mal à tenir la route si longtemps. Des auteurs comme Dan Simmons écrivent tellement qu’il y a toujours un moment où on a presque envie de faire pause, prendre un autre livre quelques temps et finir l’histoire en toute sérénité. J’ai tenu la route cependant. Une petite dizaine de jour pour aller jusqu’au bout avec un final bien réussi.

Robert Jackson Bennett a un imaginaire plutôt riche. En lisant ce livre, j’ai franchement trouvé qu’il est un vrai conteur. Il a construit tout un univers en lui-même. Il lui a donné pourtant des sentiments bien humains, la base de cette histoire.
Attention spoiler : un petit bémol cependant. Cet univers, immense, puissant, se cantonne dans le notre dans une toute petite ville ce qui est un peu étrange car comment peut-il tenir dans si peu d’espace ? Seul point que je n’ai pas trouvé très cohérent.
Je lisais quelques critiques sur Babelio d‘American Elsewhere. Et oui, tout ne surprend pas. On devine un peu ce qui va se passer. Mais, il n’empêche que c’est une très bonne lecture que je recommande à tous ceux qui aiment le fantastique.

Prochaines lectures

Cette collection imaginaire d’Albin Michel est à suivre de près. J’ai déjà choisi au moins 3 livres plus que tentants. Le prochain sera certainement Terminus de Tom Sweterlitsch. Quant à Robert Jackson Bennett, il doit visiblement sortir un livre (traduit en français) le mois prochain, à voir s’il réussit une seconde fois à produire une oeuvre aussi riche. Il faudra un peu de patience cependant car deux Stephen King de retard, donc ces nouveaux auteurs risquent de devoir patienter mais le haut de ma PAL n’est peut-être pas si loin.

Créature de l'univers de Lovecraft
Une petite image tirée de l’univers de H.P. Lovecraft pour bien terminer l’article (Benzimag)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *