Le laboratoire du divertissement

Mes Univers: Cinéma, Séries, Livres, Science-Fiction, Informatique, Sciences, Environnement, Écrire

Catégorie : Littérature (Page 1 sur 2)

Greg Bear, Éon

Greg Bear - Eon, première édition
Première couverture de Éon

Petite histoire personnelle… En fouillant dans l’immense PAL qui réside dans mon appartement, tout au fond de celle-ci, je suis tombée sur un ancien livre de Science-Fiction que je n’avais pas encore lu, des années 80 et dont d’ailleurs le prix était en francs….eh oui, cela a existé.
Mais, la lecture de la quatrième de couverture m’a fait découvrir que cet ouvrage, Éternité, était la suite de Éon de Greg Bear … Après vérification, car cela ne me rappelait rien, et bien oui, j’avais lu le premier tome en 2001 mais n’en gardait aucun souvenir.

Ainsi, je me suis replongée dans cette lecture et j’ai bien fait car autrement je pense que j’aurais abandonné à la trentième page Éternité car Éon est tellement riche qu’il serait impossible d’en lire directement la suite.

Éon est un livre de Hard Science pur et dur (sans jeux de mot) … Franchement si quelqu’un veut découvrir ce qu’est ce thème, basé donc sur des notions scientifiques assez complexes, c’est juste le livre parfait… voir trop parfait.
Près de 700 pages en poche pas toujours faciles à aborder, il faut déjà avoir quelques notions de l’espace-temps pour essayer de suivre l’héroïne de l’histoire mais aussi tout le contexte autour. Alors, est-ce moi qui me suis perdue, le traducteur qui n’a pas réussi, ce livre est tellement plein de descriptions longues qu’il y a des moments où j’ai décroché et raté une partie pas de l’histoire mais de son décor. Une écriture qui n’arrive pas à faire éclore des images dans notre imaginaire de lecteur, un peu dommage.

Ce livre appartient aussi à un thème dont on parle peu dans la science-fiction, c’est la politique. Ecrit en 1985, quand la guerre froide n’était pas si loin, le livre est basé dès le départ sur le conflit entre la Russie et les Etats-Unis. Et comme le dit si bien Gérard Klein dans la préface, cela ne dérange pas qu’il soit décalé par rapport à l’histoire actuelle. Ce qui est étonnant, c’est qu’il garde ce thème politique dans un futur lointain où nos descendants si évolués n’ont finalement pas réussi à vivre dans une unité pacifique.

Quelques extra-terrestres traversent ces lignes mais finalement comme pour le décor, difficile de mettre une image sur ceux-ci.

Donc un livre compliqué, long, difficile de s’y plonger à 100% mais qui reste une référence dans le domaine. J’ai mis un peu trop longtemps à lire mais je ne me décourage pas car l’intrigue est quand même bien menée et d’ici un petit moment je me plongerai dans la suite, Éternité, un peu plus court, j’aimerai bien malgré tout connaitre la suite de l’histoire…

Très belle image de l’univers raconté dans Éon
(source : Kromekat.com)

Patrice Allart – Spectres, Monstres & Lovecrafteries

Comme le titre principal de ce livre n’en dénote pas le sujet exact, le sous-titre est beaucoup plus parlant « Stephen King, son oeuvre et son univers »

Voici un livre dans lequel j’avais hâte de me plonger. Pourquoi ? Et bien quand on a lu l’intégral d’un auteur prolifique tel que Stephen King, tout relire serait tellement long que c’est difficilement envisageable avant la retraite. Et puis il y a cette petite crainte personnelle de ne pas aimer autant les livres lors d’une seconde lecture suite à quelques échecs durant la plongée dans des œuvres que l’on a adorées trente ans auparavant et dans lesquelles on ne retrouve pas ce qui nous a fait nous évader bien loin.

Alors, trouvant un jour ce livre en flânant sur internet, je m’étais dit « Génial, enfin un essai sur l’oeuvre d’un de mes écrivains préféré ». J’avais aussi dans l’idée en lisant une synthèse de revoir toutes les références qui existent entre les différents livres car dans cette bibliothèque de près de 70 pavés, romans et nouvelles, il y a une quantité de liens entre eux impressionnante. Note: je mets 70 un peu au hasard, n’ayant pas le courage de les recompter ce soir 😉

Et bien, me voilà bien déçue. Tout d’abord, et cela vient certainement de l’éditeur, un livre sans retour à la ligne, avec des pavés de textes extrêmement longs mais aussi un auteur qui fait des phrases d’une telle longueur qu’à la fin on ne retrouve plus le sujet du début, je me suis perdue dans ces pages et n’y ai finalement pas trouvé grand chose de passionnant. Il y a bien des recoupements mais ils sont souvent confus avec des extraits des œuvres originales parfois hors de propos.

Le livre fait aussi référence surtout au début, à ceux de Lovecraft et les liens par rapport aux écrits de Stephen King et là, n’étant pas du tout fan du Cthulhu et autres monstres qui m’ont toujours ennuyée, et bien j’ai trouvé peu d’intérêt à cette lecture. Certes, il est possible que des fans des deux écrivains s’y retrouvent.

Un des seuls passages que je garderai en mémoire est le fait que la famille est au centre de l’oeuvre de King, ce qui est vrai et peut-être une des raisons pour laquelle elle nous touche parfois tellement.

Un sujet intéressant est comment ces livres ont été portées à l’écran et là, effectivement, on se rend bien compte comme il est difficile de réaliser des films de qualité tout en respectant des écrits longs et très riches. D’ailleurs, après la catastrophe de La tour Sombre, un nouveau film est en route dans le même univers réalisé par Steven Spielberg, d’après le Talisman … enfin un peu d’espoir qu’un très bon film surgisse enfin de ces territoires qui me manquent tellement depuis la fin de cette saga.

Mon avis personnel, que j’ai d’ailleurs déjà exprimé ici, est que Stephen King ne prend que le prétexte du fantastique pour écrire, pour avoir des idées de scénarios, c’est le quotidien qu’il nous raconte d’une Amérique profonde bien loin de nous, qu’il nous fait comprendre. Et ses personnages centraux sont parfois si attachants qu’il arrive à nous faire frissonner pour eux mais pas uniquement parce qu’il y a un monstre dans le placard mais aussi parce que la vie est une aventure parfois compliquée à affronter.

J’espère un jour tomber sur un autre essai sur ce grand artiste qui m’a emmenée bien loin dans des univers allant du cauchemardesque à l’amitié, de la vénalité humaine au courage et me permettra d’avoir une vision plus claire de cet immense univers d’un auteur qui m’a marquée à jamais.

Hotel The shining
Une petite nuit à l’hôtel ?

La tour sombre – Le film

Affiche du film La Tour Sombre

Peter Jackson a tourné environ 10 heures de films avec Le Hobbit, un livre de moins de 500 pages.
Nikolaj Arcel avec La Tour Sombre a tourné 1h30 pour une fantastique histoire de 4000 pages.
Chercher l’erreur…

Elle est vite trouvée : ce film n’est pas La Tour Sombre mais une « histoire dans l’univers de la Tour sombre » ne mettant en scène que 3 de ses personnages principaux.
Points positifs : le film est sympathique, pas mal d’action, de la bonne musique et les personnages sont bien représentés par de très bons acteurs. Certes, je ne suis pas vraiment objective étant fan de Idris Elba et Matthew McConaughey.
Et finalement, voir même étonnant, pas de spoiler dans ce film par ceux qui se lanceront dans la lecture de ce qui est pour moi un des chefs d’oeuvre de Stephen King. Même la fin du film, une grande scène d’action avec des plans intéressants, ne représente en rien le livre. Et c’est tant mieux.

En réfléchissant, seule une série de 100 épisodes ou peut être huit films pourraient vraiment nous plonger dans cet univers magique. Mais quand on voit la série The Mist sur Netflix , tellement lamentable qu’au bout de deux épisodes je l’ai abandonné, et bien, peut-être que la Tour Sombre reste uniquement dans les écrits n’est pas si mal.

Donc en résumé, regarder ce film peut-être donnera envie de lire cette épopée mais je n’en suis pas si sûre car cela peut décourager certains à se lancer dans cette immense ouvrage.
Une épopée fascinante avec tout un univers que d’ailleurs à la 3999 pages j’étais bien triste de devoir quitter.. quoique mais là je ne dirais rien, la fin est magistrale. Stephen King a réussi avec ses livres à nous transporter dans un univers mêlant le Far West de Sergio Leone et Clint Easwood, la magie omniprésente, l’esprit du ka-tet, c’est à dire un groupe lié devant faire face à un destin commun et des références avec l’homme en noir en particulier à de nombreux autres livres de l’auteur. La tour sombre est à mes yeux le pilier centrale de toute son oeuvre.

Cycle de La Tour Sombre

Aurez-vous le courage de vous lancer dans cette lecture ? Merveilleux

Stephen King – Trilogie Bill Hodges

Stephen King-Fin De Ronde

La Trilogie Bill Hodges de Stephen King, écrite à partir de 2015, comporte 3 volumes: Mr Mercedes, Carnets noirs et Fin de Ronde

Le premier volume m’a franchement plu, Stephen King a choisi cette fois-ci le genre roman policier et dans toutes les pages du livre, tout du moins dans mon souvenir, tout était bien ancré dans le plancher des vaches, pas de fantastique, pas d’horreur si ce n’est ce qui peut se produire dans la réalité. Nous y rencontrions les deux personnages principaux, Bill Hodges, policier à la retraite et Holly Gibney, un caractère pittoresque et si attachant. Mr Mercedes est devenu encore plus frappant après les malheureux événements que nous avons connus depuis. Je ne rentrerai pas dans les détails mais un 14 Juillet, ce livre m’est revenu à l’esprit de manière frappante. Et peut-être, il a marqué ou marquera d’autant plus les lecteurs qui l’ont ou vont le découvrir après ces événements. Je l’ai lu il y a un moment mais je me rappelle encore d’un passage où, en fin de chapitre, S. King nous donne le petit indice sur la suite des événements, stratégie classique de l’auteur, et nous fait imaginer complètement l’inverse de ce qui va se passer … passage du coup limite humoristique. Comme d’habitude ses personnages sont attachants et l’intrigue pleine de suspense.

Carnets noirs remet les mêmes protagonistes en scène. Je ne vais pas trop parlé de ce volume que j’ai lu très rapidement un été où je n’étais pas au meilleur de ma forme pour en garder des traces. Ce qu’il m’en reste est une petite remarque personnelle « Tiens, tiens, dans ce volume 99% de la vie réelle mais 1% de fantastique » … le maître de l’horreur se laisserait-il tenter ou a t’il du mal à rester dans le policier pur…

Et voilà, je viens juste de finir Fin de Ronde, et je suis un peu furieuse contre l’auteur … comment peut-il malmener autant ses personnages ?! Non seulement après deux tomes nous les aimons bien mais en plus là, c’est les réalités de la vie qui les attaquent et cela dès le tout début du livre et nous souffrons avec eux tout le long de ses 600 pages. Pourtant, dans ce troisième volet, ça y est, nous retrouvons un univers purement classique de l’auteur avec cette fois-ci de longues incursions dans le paranormal. Stephen King a perdu son pari, trois policiers de suite … il n’a pas tenu ! Ou alors, il le savait dès le départ et nous a promené tranquillement dans son univers.

En résumé, des lectures bien agréables. J’ai attendu la fin de la trilogie pour me lancer dans la série télévisée Mr Mercedes tirée de ces romans. La série a peu de critiques mais de bonnes notes … je vous en dirai plus dans un prochain article 🙂

Sire Cédric – Du feu de l’enfer – Un très bon thriller

Hadès et Cerbère

Hadès, le maître des enfers, avec Cerbère à son pied, statue crétoise

Du feu de l’enfer est franchement presque une référence pour ceux qui aiment les thrillers palpitants, limite gores.

J’ai dit dans quelques articles que j’arrête de lire ce type de livre. Mais non seulement il en reste dans ma PAL, dont j’ai fait l’acquisition, mais aussi il y a des écrivains dont je lis toutes les parutions. Ce qui est le cas de Sire Cédric. A part ses premières nouvelles, j’ai lu l’intégral et c’est un auteur attachant car il a réussi à émerger de toute cette multitude de livres dans ce genre que nous trouvons chez notre libraire préféré.

Quel est ce qui démarque cet ouvrage des autres? Une écriture rapide, directe, des phrases courtes, riches et percutantes. Pas de longues descriptions, où nous finissons par nous ennuyer. Là, il y a de l’action, et trouver un livre aussi rapide et pourtant long, plein de rebondissements, c’est assez rare.

Petite déception de mon coté cependant car, après de nombreuses lectures du genre, le scénario en lui-même, même s’il a de l’originalité, j’ai l’impression de l’avoir déjà lu. De même pour les rebondissements, peu de surprise. Pourtant, comme l’écriture est rapide, j’ai accéléré vers la fin, j’avais envie de voir comment cela se terminerait.

Aussi, et je me répète dans mes articles, le personnage central est très bien mais il lui manque ce petit truc qui fait que nous tombons amoureux de lui. Et pourtant, les deux personnages centraux des précédents romans de Sire Cédric , Eva et Alexandre, m’ont fait rêver.

Est-ce moi qui est un passage à vide pour les personnages? Possible. Est-ce moi qui recherche quelque chose de plus, un sens à ce que je lis, plus engagé? Oui, certainement, je n’ai pas repris les lectures de science-fiction pour rien. Pourtant, le livre ne manque pas d’une sorte de vision politique, mais c’est plus une toile de fond qu’un message, tout du moins je l’espère, autrement nous sommes vraiment mal partis 😳. La vision des médias dans l’épilogue est à mon sens extrêmement percutante.

Ici, pas de fantastique. Pas de mondes imaginaires. Je trouve cela intéressant que l’auteur ait voulu s’en détacher, trouver de nouveaux lecteurs qui préfèrent ce genre. J’espère que ce n’est pas définitif. Pour deux raisons: un lecteur assidu de Stephen King a besoin de ses dix pages de fantastique sur cinq cent voir d’une seule. Et puis j’aimerais bien lire la suite des aventures de notre couple de policiers…car sans fantastique, pas de suite.

Conclusion: fans de thriller, c’est juste parfait, précipitez-vous sur ce livre, ce sera un très bon moment de lecture, de suspense. Si vous n’aimez pas le sang, passez votre chemin.

Sire Cédric-Du Feu de l'Enfer

 

David Walton – Superposition – La physique quantique à l’échelle humaine

Livre Superposition de David WaltonPour aimer le livre Superposition de David Walton, il faut apprécier deux genres littéraires:

  • La hard-science,  de la science-fiction se basant sur la science, la physique quantique dans le cas de Superposition;
  • Le policier, même si ce livre est rangé dans la catégorie thriller, il est beaucoup plus proche d’un polar que d’un livre plein de suspense.

Les livres policiers, je n’aime pas trop, je m’ennuie un peu. Par contre, le monde quantique me passionne, en littérature, cinéma, série comme en véritable science . L’ordinateur quantique signera certainement une des prochaines révolutions technologiques humaines. Du coup, d’un coté j’ai aimé le livre et de l’autre, je suis restée sur ma faim. Un avis mitigé.

David Walton a très bien mis en scène le côté scientifique avec des idées vraiment originales. Elles sont inspirées des livres de voyage dans le temps, les doubles qui se rencontrent.Ce n’est pas basé sur les classiques paradoxes du voyage temporel mais en grande partie sur le fameux principe du chat de Schrödinger. L’idée de base du livre est d’utiliser les lois régissant le comportement des particules à l’échelle  humaine, macroscopique. Très intéressant.

Comme dans tout livre de hard-science, il y a des paragraphes entiers dédiés à l’explication scientifique. Je ne m’y suis pas trop perdue pour une fois mais il est vrai que j’ai lu pas mal sur le sujet. Et certainement peuvent-ils intéresser ceux qui veulent découvrir ce fascinant univers scientifique. Bien sûr, c’est de la vulgarisation liée à de la fiction donc loin de l’univers réel mais c’est bien fait. Si par contre vous n’aimez pas trop les sciences, pas sûr que ce livre vous plaira. L’intrigue policière est assez plate et le coupable est facilement identifiable bien avant que le héros ne le découvre.

Les personnages développés bien qu’assez sympathiques m’ont franchement laissée indifférente, ce qui fait perdre un peu de piment à la lecture. Coté technologie, un ou deux belles trouvailles sur les mondes virtuels, l’action se déroulant dans un futur proche. Et d’ailleurs, et j’ai apprécié, ces innovations ne sont qu’une part du décor, enrichissant l’histoire sans que l’auteur s’y attarde trop. Dans un paragraphe, la marque d’un appareil est nommée « Google Apple » … alors ça j’ai adoré. Imaginer la fusion de ces deux sociétés, c’est très drôle 😃.

David Walton a écrit un autre livre, Terminal mind, pure SF post-apocalyptique, aussi lié à la technologie, mieux noté sur Babelio et qui a reçu le Philip K. Dick Award 2008…Intéressant mais j’avoue avoir une PAL tellement haute que je pense le mettre pour l’instant de côté.

Coté édition, très décevant, le livre est bourré de mots manquants qui peut-être d’ailleurs en font perdre une partie, à savoir si la traduction a été parfaite? (Note: je fais toujours beaucoup de fautes moi-aussi, mais je n’ai pas de relecteur attitré !!!)

La synthèse en épilogue sur les concepts de la physique quantique est intéressante, surtout l’exemple d’une star entrant dans une salle mais j’avoue ne pas en avoir compris la moitié. Je débute dans l’étude de ces principes et ils sont si complexes que vingt pages ne suffisent pas. Il faut mieux lire des livres tels que Petit voyage dans le monde des quanta d’Etienne Klein, très bon vulgarisateur. Oui, la physique quantique c’est comme la relativité, elle dépasse notre intuition et notre compréhension!

Mais si vous avez envie d’un livre de fiction sur le monde des quanta, de le découvrir, lancez-vous. Je recommanderai peut-être plus le prochain que je vais relire dans ce domaine: Isolation de Greg Egan. Je l’ai beaucoup aimé il y a une dizaine d’année et c’est lui qui m’a les plus intriguée et interpellée par rapport à ce monde des lois de l’infiniment petit.

Superposition quantique e*penser

Une image sympa que j’ai trouvée sur le net pour la superposition quantique, un YouTube fait par e-penser, dont d’ailleurs j’ai le premier tome de « Prenez le temps d’e-penser » dans ma PAL

Le Monde Inverti de Christopher Priest – Un classique de la Hard Science

Livre Le Monde Inverti de Christopher PriestLe Monde Inverti est un livre de la plus pure hard science. Comme je ne veux pas raconté l’histoire, car finalement tout le suspense repose sur comprendre ce monde, voici juste la définition du mot inverti tel qu’il est à comprendre dans le titre : « Qui est renversé symétriquement. » (source Le Parisien) . Si vous tapez ce terme sur Google, vous verrez que son sens connu est « homme homosexuel » …et cela n’a rien à voir avec le livre qui est bien basé sur le sens mathématique.

Ce livre, paru en 1974, a été une petite révolution dans le monde de la science-fiction et est donc devenu un classique. Effectivement, je ne pense pas avoir jamais lu un livre qui tourne (sans jeu de mot) autant autour d’un principe mathématique.

En regardant les critiques Babelio, le livre est extrêmement bien noté. De mon côté…je me suis pas mal ennuyée en le lisant, donc ma critique va être un peu dure. Cet ouvrage repose sur un contexte très original, historique et actuel, formant un monde particulier mais où gravite quasiment un seul personnage. Un apprenti, découvrant le monde dans lequel il vit sans vraiment le comprendre. Tout commence enfin à devenir plus clair à la moitié du livre dans un chapitre qui est véritablement captivant et très imaginatif. Ensuite, l’histoire retombe pour repartir vers la fin où nous aurons enfin la clef de compréhension.

Pourquoi ai-je eu tant de mal à accrocher au livre? Ce jeune homme ne vit que pour comprendre ce monde, et c’est quasiment tout. Parfois, quelques pages sentimentales, mais au final, alors que nous pourrions être entraînés avec lui pour savoir d’où vient ce monde, comment il va survivre, tout est décrit avec tellement de froideur que seule la curiosité l’emporte pour continuer.

L’auteur a eu une idée splendide, d’une très grande originalité. Mais il n’a pas su inventer des histoires riches en rebondissement et nous faire découvrir cet univers à travers une grande aventure. Même si des sujets tels que les guildes, organisation de la société, la ville, lieu géographique central, enrichissent l’histoire, rien n’arrive à combler un certain ennui qui s’installe en tournant les pages.

Pourtant je ne regrette pas du tout de l’avoir lu. Effectivement, dans les années 70, je comprends très bien qu’une telle invention mathématique ait marqué cette littérature hard science pour longtemps. Par la suite, et particulièrement aujourd’hui, les inventions originales scientifiques pullulent dans le monde de la science-fiction. Nous sommes habitués et donc peut-être y faisons moins attention. Un exemple? Je le prends dans les séries: le champ de mycelium quantique dans Star Trek Discovery est une invention magique mais que ne sert que de support pour construire un univers plein de rebondissements aussi bien politiques que sentimentaux.

Alors, si vous avez envie d’une bonne culture de la littérature de Science-Fiction, n’hésitez pas, lisez ce livre, il n’est pas très long. Si vous aimez des univers plus dynamiques et bourrés d’aventures, de suspense et de romantisme, je ne suis pas certaine qu’il vous plaira.

Note: j’ai classé ce livre dans la catégorie Hard Science mais il pourrait aussi être dans Post-apocalyptique.

Calculer la tangente d'une hyperbole

Ouaaaa…j’ai des progrès à faire en maths !!!

Autremonde de Tad Williams – Un auteur de Fantasy écrit de la Science-Fiction

Autremonde-Un livre de Tad Williams

Quelques mots sur le livre de Tad Williams, écrivain de fantasy qui s’est par la suite lancé dans un grand cycle de science-fiction: Autremonde.

Ce livre de plus de 600 pages est…un pavé. L’action se situe sur Terre, dans un avenir proche où un énorme réseau social virtuel est le centre de la vie de chacun sur la planète.

La description de ce monde technologique de réalité virtuelle est impressionnante car l’auteur a laissé son imagination vagabonder à travers toutes les possibilités que l’esprit humain peut créer et retranscrire informatiquement dans une simulation où chacun peut se promener, travailler, se distraire, jouer.

Nous y suivons le parcours d’adolescents, de multimilliardaires, d’une héroïne professeur dans le réseau, et surtout d’un bushman, issu de l’ancienne culture africaine. Car l’action, et c’est là toute l’originalité du livre, se situe principalement en Afrique du Sud. Passionnant de ce point de vue, car Tad Williams a imaginé ce que ce pays deviendrait dans le futur tout en nous racontant son histoire, ses traditions du passé. Et il raconte aussi l’histoire d’un soldat de…la première guerre mondiale, dans les tranchées, original et d’ailleurs parmi mes passages préférés du livre.

Vu tous ces thèmes, le livre est écrit dans le mode de plusieurs personnages et histoires qui s’alternent. Habituellement, dans ce type de narration, les histoires convergent. Et bien, pas vraiment dans ce premier tome qui n’est que l’introduction à un cycle qui aujourd’hui compte 8 livres publiés de 2003 à 2011.

Tout cela est très bien mais le fait d’avoir tant d’histoires, tant de personnages, tant de descriptions fait que je n’ai pas accroché vraiment. C’est proche d’une overdose de mots qui font que je me suis un peu perdue à travers ce livre et que je n’ai pas ressenti ce besoin de lire vite, en mode pagophage, pour savoir ce qui va se passer. Je lirai bien les tomes suivants car j’aimerai bien connaître la suite de l’histoire et si c’était une série je suis sûre que je l’aurai regardée en entier mais ma PAL est tellement haute que j’ai envie de me plonger dans d’autres univers.

Pourtant, j’en conseillerais la lecture à ceux qui aiment les grandes épopées de fantasy comme l’Assassin Royal. Je cite celle-ci c’est la seule que je connaisse…et que j’ai aussi abandonnée au bout de deux tomes mais je sais qu’elle a eu beaucoup de succès donc laissez-vous tenter et peut-être aimerez vous Autremonde.

A noter que le titre « Autre-Monde » existe aussi, grande saga pour la jeunesse de Maxime Chattam, que j’ai commencé et que je continuerai certainement…et bien malgré le titre quasiment identique, cela n’a rien à voir!

L'Arcane des épées de Tad Williams

Si vous aimez la fantasy, une épopée de Tad Williams, l’Arcane des Epées, qui vous plaira  peut-être?

Millénium 4 – Une suite un peu terne

La première trilogie de Millénium écrite par Stieg Larsson, auteur suédois, était vraiment bien. Romans agréables à lire, très bon suspense et des personnages attachants. J’ai à l’époque de leur sortie carrément dévoré ces livres comme beaucoup de lecteurs.

Par la suite, les téléfilms suédois tirés du livre étaient sympathiques même si l’acteur principal Michael Nyqvist n’était pas transcendant. Pourtant, j’ai presque envie de les revoir car le personnage féminin de Lisbeth était joué par Noomi Rapace…que nous avons retrouvé dans Prometheus… que je n’ai pas reconnue à l’époque. Le film américain avec Daniel Craig m’a laissé peu de souvenirs mais n’était pas mal.

Ce que ces livres nous ont apporté concerne aussi l’histoire de la Suède lors de la seconde guerre mondiale avec une forte emprise nazi. Thème d’ailleurs qui est présent dans d’autres romans « d’écrivains nordiques » comme Henning Mankell.

En 2004, Stig Larsson décède laissant cet héritage de livres si prenants. Ceux qui ont aimé ses personnages avaient envie de les retrouver. Voilà qui est fait avec ce livre que je viens d’achever, Millénium 4 : Ce qui ne me tue pas de David Lagercrantz.

Comment parler de ce roman? Et bien, vous prenez un shaker , vous ajoutez comme ingrédients principaux Mikael Blomkvist, Lisbeth Salander, un petite dose d’autisme, de physique quantique, de mathématiques, vous n’oubliez pas de parler d’informatique et comme les geeks sont à la mode un peu de Marvel aussi. Vous remuez le tout et cela donne un cocktail intéressant 🍸, sympathique mais où il manque l’olive: le suspense.

Et oui, ce n’est pas un roman dont nous tournons frénétiquement les pages pour savoir la suite. Il est agréable à lire, mais sans plus. Peut-être ce qui manque aussi c’est le côté découverte de la Suède, de sa culture. Même si certaines scènes se passe dans des lieux intéressants de ce pays, ils sont juste utilisés comme décors et très peu décrits. Ce qui d’ailleurs à noter c’est que le lieu le plus intéressant, l’archipel de Stockholm n’est que peu évoqué mais…il y a une carte le représentant, comme cela le lecteur sait de quoi il est question. Peut-être que l’auteur n’aime pas la géographie?

Bref, je ne suis pas très enthousiaste et j’ai bien peur de très vite oublier le sujet de ce livre.

Souvent je lis très peu les critiques à l’avance, j’aime bien découvrir par moi-même. Mais vu la hauteur de ma PAL, j’ai jetté un oeil à celles concernant Millénium 5: La fille qui rendait coup pour coup. Elles sont particulièrement mauvaises ce qui finalement ne m’étonne pas et du coup j’abandonne la série. Qui sait ? Peut-être ces suites feront l’objet d’un téléfilm. Cela ne dure que 1h30 et c’est nettement moins long que de lire un livre.

Pour terminer, je vous lire un secret. Ce blog se nomme « Histoires au XXIème siècle de la geekette qui portait un bandana rouge » et bien c’est en pensant à Millénium et à ses titres si long que je me suis décidée à mettre un titre long pour ce blog. Donc, ce sont vraiment des romans qui m’ont marquée. (Je ne m’identifie pas à Lisbeth, je n’ai pas de piercing ni une coiffure punk 🤓).

La carte de l’Archipel de Stockholm. Ca donne franchement envie de s’y promener comme touriste !

 

Franck Thilliez – La forêt des ombres

…ou comment sonne le glas du thriller français (pour moi)

Qu’est-ce qu’un thriller ?

Définition wikipedia: « Le thriller est un genre artistique utilisant le suspense ou la tension narrative pour provoquer chez le lecteur ou le spectateur une excitation ou une appréhension et le tenir en haleine jusqu’au dénouement de l’intrigue. »

Bref, c’est quelque chose que vous lisez ou regardez, qui vous fait flipper, avec beaucoup de suspens et vous vous demandez vraiment comment ça va se terminer…

Deux grands types de thriller : les films, les livres.

Et c’est beaucoup beaucoup plus compliqué pour un livre ! Pourquoi ?

Un film, ça dure environ 2h, quelques bons rebondissements, vous restez devant, vous ne le laissez pas sans y toucher pendant 3 jours. Bref, rapide, un bon scénario, quelques images qui vous font sursauter, des bons acteurs auxquels on s’attache et le tour est joué. Malheureusement, de très bons films en mode thriller, il y en a pas si souvent. Mais je pense à Prisonners, Shutter Island, à des films plus anciens comme Seven, le Silence des Agneaux, à des films moins connus mais où on passe 2 bonnes heures comme Inside (thriller espagnol). Souvent, le soir, je me dis « Je regarderai bien un bon thriller ce soir » mais… je les ai tous vus (ou presque, là j’ai Wind River à regarder, il a l’air vraiment bien).

Donc déjà pour les films, un très bon niveau thriller, pas si simple.

Alors les livres !! Je n’ai jamais chronométré mais je pense qu’il faut plus de 10, 15 , 20 heures ? pour lire un livre. Alors, durant tout ce temps, garder l’attention du lecteur, faire de multiples rebondissements, donner quelques indices sur ce qui va se passer mais que ce ne soit pas si évident à deviner…pas si simple. Et surtout, mais pour moi c’est fondamental dans tout livre, il faut que le lecteur s’attache au(x) personnage(s)… Il veut savoir s’ils vont s’en sortir ou pas.

J’ai lu pas mal de thriller ces dernières années, trop. Thème central : les psychopathes. Et pas grand chose d’autres malheureusement. C’est le cas du livre de Franck Thilliez, La Forêt des Ombres. Un cadre bien trouvé, la forêt noire, un thème pas très original, le personnage central est écrivain (qu’est-ce que les écrivains écrivent sur les écrivains !!!), le suspens est plat, les rebondissements moyens et aucun personnage auxquels on s’attache. Peut-être que ce qui plaît dans ce livre est qu’il a un côté très gore, mais pour moi, peu d’importance.

Je ne vais pas spoiler, mais j’ai eu sacrément du mal à aller jusqu’au bout. Par manque d’intérêt.

En France, 3 grands noms d’auteurs de thriller.

Maxime Chattam, dont j’ai lu en premier La Trilogie du Mal, géniale, mais qu’ensuite j’ai abandonné n’arrivant plus à accrocher à ses livres.

Christophe Grangé, j’en ai lu quelques uns mais pareil, je n’accroche pas.

Franck Thilliez. J’ai commencé et abandonné Train d’Enfer pour Ange Rouge et me voilà déçue par La forêt des ombres…

Du coup, pour moi, l’aventure thriller française s’arrête ici…quoique, quelques petites choses sous le coude…

Sire Cédric, dont j’ai lu quasiment tous les romans et qui a eu l’art de nous attacher à ses deux personnages principaux… mais un peu de mal dans le dernier livre que j’ai lu, Avec tes Yeux, avec de nouveaux personnages franchement mois attachants. Par contre, mélanger un peu voir pas mal de fantastique dans ses histoires, c’est franchement bien.

Michel Bussi, dont je n’ai lu que le premier livre, Nymphéas noirs, carrément génial. Mais thriller ou policier ?

Bon, pas grand chose… par contre côté nordique, j’ai encore pas mal d’exploration à faire et Millenium reste inoubliable. Coté anglo-saxon ? Aller, merci à Stephen King pour sa trilogie commencée avec Mr Mercedes, qui est du thriller mais sans « horreur », que du suspens. Il a toujours eu ce grand art de nous faire aimer ses personnages… et quand même, dans les deux premiers tomes que j’ai lu… 1% de fantastique (attention, spoiler !!!!).

Bon, tout cela n’est pas grave. Car côté science-fiction, j’ai quelques années de retard dans les dernières parutions…même si j’ai toujours ce profond agacement de voir dans mon supermarché librairie la surface du rayon SF par rapport à la Fantasy…L’âge d’or de la science-fiction reviendra t’il quand nous aurons fini de jouer avec nos téléphones portables ? Issac Asimov dans la série des robots a écrit de fantastiques livres qui mélangeaient intrigue policière, SF…pas vraiment des thrillers sanguinaires mais il y avait un sacré suspens.

A suivre car cachés dans ma PAL (*) il y a encore quelques thriller français… qui sait? Peut-être un captivant?

(*) PAL : abréviation de plus en plus usitée désignant l’énorme Pile de livres A Lire qui trône dans un coin de votre appartement ou maison

Un peu le contexte neige, froid, forêt du livre… sur cette photo un petit côté romantique… mais pas dans le livre !! (Source Pinterest)

Page 1 sur 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén